Mon enfant a quitté son logement étudiant à cause du confinement : dois-je payer le loyer ?

Comme beaucoup d’étudiants, votre enfant a quitté sa résidence étudiante ou son logement afin de vous rejoindre en confinement ? Sachez que des mesures ont été prises par Frédérique Vidal, la ministre de l’enseignement supérieur, en faveur des étudiants, afin de les soutenir en cette période particulièrement difficile. Sachez que la situation sera différente en fonction du type de logement occupé par votre enfant, on vous explique tout dans cet article.

Apr 2, 2020

Loyers et résidences universitaires

En cette crise du coronavirus, bon nombre d’étudiant ont dû quitter précipitamment leur logement étudiant afin de rejoindre leurs familles en confinement.
Une période inédite où de nouvelles problématiques d’adressent comme le télétravail, le logement ou encore les études et examens.
Dans de telles circonstances, aucun loyer ne sera mis à la charge de ces étudiants demeurant dans les résidences gérées par les Centres Régionaux des Oeuvres Universitaires (CROUS).
Ils doivent impérativement prévenir dans les plus brefs délais la résidence qu’ils occupent de leur position actuelle et préciser si ils ont quitté temporairement ou définitivement leur résidence.
Quelque soit leur situation, ils auront la garantie de bénéficier à nouveau d’un de ces logements, une fois la période de confinement terminée.

Autre information importante à savoir, le délais de préavis, généralement fixé à un mois, ne sera pas appliqué cette année aux étudiants, afin de ne pas les pénaliser.

“Le préavis contractuel d’un mois ne sera pas opposable en ces circonstances”, précise le ministère.

Pour les étudiants n’ayant pas pu quitter leur logement, les résidences CROUS restent bien évidemment ouvertes et accessibles.



Le loyer du mois d'avril suspendu pour les résidents du CROUS

Et pour les logements dans le parc privé ?

Qu’il s’agisse d’un studio, d’un logement vide ou d’une chambre en colocation, si votre enfant réside dans un appartement du parc privé, il devra payer son loyer habituel. En effet, aucune mesure n’a été prise à ce niveau-là pour les étudiants.


Quid sur les aides financières perçues habituellement

Toutes les aides habituellement perçues par les étudiants sont maintenues et ce pour toute la durée du confinement, qu’il s’agisse des aides et bourses du CROUS ou les APL (Aides Personnalisées au Logement).

"Tous les boursiers conserveront leur droit aux bourses, même si, n’ayant pas valider leur stage compte tenu des circonstances particulières, ils se trouvaient dans la situation d’avoir épuisé leurs droits”, comme l'a annoncé Frédérique Vidal.


Nous vous conseillons vivement de faire un point sur la situation de votre enfant, à la fois côté logement mais aussi au sujet des aides qu’il doit percevoir.
Dans le cas où il serait amené à déménager durant la période de confinement, des dispositions spécifiques seront également à prendre.
Quoi qu’il en soit, nous le répéterons jamais assez : prenez bien soin de vous.



Loyers et résidences universitaires

En cette crise du coronavirus, bon nombre d’étudiant ont dû quitter précipitamment leur logement étudiant afin de rejoindre leurs familles en confinement.
Une période inédite où de nouvelles problématiques d’adressent comme le télétravail, le logement ou encore les études et examens.
Dans de telles circonstances, aucun loyer ne sera mis à la charge de ces étudiants demeurant dans les résidences gérées par les Centres Régionaux des Oeuvres Universitaires (CROUS).
Ils doivent impérativement prévenir dans les plus brefs délais la résidence qu’ils occupent de leur position actuelle et préciser si ils ont quitté temporairement ou définitivement leur résidence.
Quelque soit leur situation, ils auront la garantie de bénéficier à nouveau d’un de ces logements, une fois la période de confinement terminée.

Autre information importante à savoir, le délais de préavis, généralement fixé à un mois, ne sera pas appliqué cette année aux étudiants, afin de ne pas les pénaliser.

“Le préavis contractuel d’un mois ne sera pas opposable en ces circonstances”, précise le ministère.

Pour les étudiants n’ayant pas pu quitter leur logement, les résidences CROUS restent bien évidemment ouvertes et accessibles.



Le loyer du mois d'avril suspendu pour les résidents du CROUS

Et pour les logements dans le parc privé ?

Qu’il s’agisse d’un studio, d’un logement vide ou d’une chambre en colocation, si votre enfant réside dans un appartement du parc privé, il devra payer son loyer habituel. En effet, aucune mesure n’a été prise à ce niveau-là pour les étudiants.


Quid sur les aides financières perçues habituellement

Toutes les aides habituellement perçues par les étudiants sont maintenues et ce pour toute la durée du confinement, qu’il s’agisse des aides et bourses du CROUS ou les APL (Aides Personnalisées au Logement).

"Tous les boursiers conserveront leur droit aux bourses, même si, n’ayant pas valider leur stage compte tenu des circonstances particulières, ils se trouvaient dans la situation d’avoir épuisé leurs droits”, comme l'a annoncé Frédérique Vidal.


Nous vous conseillons vivement de faire un point sur la situation de votre enfant, à la fois côté logement mais aussi au sujet des aides qu’il doit percevoir.
Dans le cas où il serait amené à déménager durant la période de confinement, des dispositions spécifiques seront également à prendre.
Quoi qu’il en soit, nous le répéterons jamais assez : prenez bien soin de vous.



Partager l'article

Préparez la rentrée 2020 avec vos enfants grâce à Whoomies

Colocataires, appartement étudiants : trouvez votre bonheur sur l'appli et le site Whoomies

Ces articles peuvent t'intéresser

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form